Il me faut témoigner !

 

O Seigneur, devant ce monde de furieux,
ce monde de gens qui n’ont de cesse qu’ils ne se soient détruits,
le découragement me prend.
Devant ces nations qui n’ont de goût que pour la haine, la rapine, le viol et les massacres,
je suis prêt au désespoir.
Et l'envie me prend de douter de l’homme, de douter de la vie, de douter…
oh Seigneur, qu’allais-je dire ?
Je voudrais pourtant crier mon mépris de ce monde, mais non, je ne le dois pas.

Non, je résisterai au désespoir qui vient et je ne fuirai pas.
Je n’irai pas vers quelque tour d’ivoire, loin des hommes,
loin des fous, fuyant par la pensée ce monde inqualifiable.
Je veux rester au milieu de ce monde, du monde tel qu’il est,
du monde où l’on se bat. Je veux rester à mon poste.
Je ne suis pas grande-chose, certes.
Que peut au milieu du chaos, une lueur de conscience, une lueur qu’absorbera la nuit ?
Et pourtant, o mon Dieu, il me faut accomplir ce pourquoi je suis fait.

Jean 12, 27 :
Maintenant mon âme est troublée.
Et que dire? Père, sauve-moi de cette heure!
Mais c'est pour cela que je suis venu à cette heure.

Jn 18, 37
Pilate lui dit: "Donc tu es roi?"
Jésus répondit: "Tu le dis: je suis roi.
Je ne suis né, et je ne suis venu dans le monde,
que pour rendre témoignage à la vérité.
Quiconque est de la vérité écoute ma voix."

Il me faut témoigner.
Et dire – et montrer – aux hommes qu’il existe autre chose que la nuit,
autre chose que les hurlements de peur,
autre chose que les vacarmes absurdes,
les discours incendiaires, et les invasions.
Autre chose que les tonnes de ferraille qu’on lance dans les airs,
et que les ponts sautés qu’il faudra reconstruire. Pour dix ans.
Autre chose que l’insondable bêtise des hordes qui déferlent – scientifiquement.
Autre chose que la finance et l’idéologie.

Témoigner, oh mon Dieu, de ta présence au sein du monde,
et révéler aux hommes, malgré tout, coûte que coûte, l’autre sens de la vie.

Lucien Jerphagnon
("Prières pour les jours intenables"
Les Editions Ouvrières)

×